marche n°766 - mercredi 10 mars 2021 - SAINT-JOIRE bois de Foucherotte et forêt d'Évaux


Balade en val d’Ormançon :

À 14 heures, les trois groupes sont prêts à partir. Dom partira en dernier, pas derrière moi comme prévu, mais derrière JPy. Le départ n’est pas terrible, un km le long de la D966 puis encore 500 mètres sur la D166. Départementale que nous quittons pour traverser l’Ormançon, puis nous montons dans le talweg jusqu’à « la Grande Chalaide ». Nous sommes en bordure du chantier où 13 nouvelles éoliennes vont être montées. Petite conversation avec le conducteur d’une bétonnière qu’il vient nettoyer.

Nous continuons sur le plateau jusqu’au « Bois Foucherotte » (PK 4). Bois que nous traversons, à sa sortie nous retrouvons les deux autres groupes qui n’en font plus qu’un. Dom est venu au secours d’un JPy en perdition. Après la pause douceur, nous redescendons vers l’Ormançon. Après 300 mètres sur le bitume nous nous dirigeons vers la « Forêt Domaniale d’Évaux » par une montée en pente douce. Petite difficulté pour trouver la ligne qui doit nous y conduire, celle-ci n’arrive pas jusqu’à la route forestière que l’on doit quitter. Après quelques dizaines de mètres sur un mauvais chemin et un demi-tour, nous la trouvons.

Sortis de la forêt, il ne nous reste plus que deux km. Encore une mini montée et c’est la descente sur « les Terres Rouges » vers le cimetière. Nous arrivons quelques minutes après JPy et Dom.

Encore une belle rando en terre presqu’inconnue. jpV

 

Prochaine marche douce peut-être à TRONVILLE, samedi 13 mars. (Météo très pessimiste !).

 

Inscription obligatoire et consultez la feuille d’inscription pour connaitre votre groupe.

 


Photographies de Martine


Clichés présidentiels



Compte-rendu du groupe n°3 mené par Dominique


Nous nous sommes déverrouillé les gambettes de la manière suivante :

 

Comme d’habitude depuis quelques marches, nous devions partir en dernier dans le bon sens, celui du président. Jpy étant parti le premier, je choisis de conduire mon équipe à sa suite. De plus cela nous évite de prendre la route départementale dès le début (mais ce n’est que partie remise puisque nous la suivrons à la fin). J’eus en l’occurrence le nez creux comme la suite nous le montrera !

L’équipe jpyenne avait une petite dizaine de minutes d’avance, nous la suivons à distance respectable, bien au-delà de la fameuse distanciation physique recommandée.

Pour passer le temps, nous jouons à interpréter quelques aléas naturels ou anthropiques s’interrogeant sur leur réalité : sont-ce des chevreuils ? Non trop petits. Peut-être des rhinocéros ou des rund-ballers ? En fait c’étaient des cylindres comme le montre la photo. Il y aura peut-être une magnifique pelouse bientôt en ces lieux !!!

Nous continuons avec constance et détermination, comme d’habitude d’ailleurs, pénétrons en forêt domaniale d’Evaux et le vent disparaît comme par enchantement.

Et bientôt, ô surprise, l’équipe de Jpy avait continué tout droit alors qu’il fallait tourner à droite. Avait-il trouvé une nouvelle route plus sympathique ? Nous nous engageons à droite et entendons les cris déchirants de notre ami Jpy : à l’aide, à l’aide, nous sommes perdus, tout est perdu, mon gps est en rade et nous sommes comme un skipper sans sextant !

N’écoutant que notre bonté sans égale nous acceptons de le prendre en charge, comme un aveugle à qui on ferait traverser la rue.

De deux groupes de 5 nous devînmes donc un groupe de 10 et la suite de nos aventures se confond dès lors avec celle de l’équipe jpyenne. Nous le laissons donc terminer le compte rendu de cette marche riche en émotions !  Dominique

 


Phototéléphoniques de Dominique



Compte-rendu du groupe n°2 mené par jpy


On s’est déverrouillé, les jambes comme ceci :

 

Nous partons depuis le pied du totem, qui rappelle l‘histoire du village et la pierre extraite dans les bois de Sablaumont. Pierre très dure, difficile à travailler. Nous montons vers la ferme Linard, par le chemin du Cornouiller jusqu’à la forêt domaniale d’Évaux, avec un arrêt photo au pied de la croix de chemin au PK 0,45. Au PK 2,60, je m’aperçois que mon GPS ne m’indique plus le tracé, et comme j’ai oublié la carte papier, c’est un peu « la panique à bord ». J’interpelle le groupe de Dominique, qui viens de tourner dans un chemin à 170m delà. Nous rebroussons chemin lorsque je me rends compte que le GPS fonctionne très bien, mais que c’est l’image zoomée au maximum, qui m’a fait croire à une panne ... OUF ! Nous suivons donc le groupe de Dominique, qui lui a fond de carte sur son téléphone, mais moi pas ! Au PK 2,8, nous admirons la première pervenche et descendons vers la route forestière du bois Morin. Nous quittons la domaniale pour le bois communal de Saint-Joire, que nous quittons sur la D166, qui suit le cours du ruisseau de l’Ormançon, que nous traversons au PK 4,30. Au niveau de la maison de « la Marcaderie » nous montons dans les bois privés du Déléal. Nous entrons dans le bois de Foucherotte et rencontrons le groupe présidentiel au PK 6,0, où nous effectuons la pause friandise, assis sur un tronc providentiel pour certains ! Nous repartons et après le PK 7,20, nous cherchons une ligne, que nous ne voyons pas. Nous faisons demi-tour et décidons de prendre le plus praticable des cloisonnements. Nous retrouvons le bon chemin et sortons du bois au lieu-dit la « Minière Debotréval ». Par les chemins de « Foucherotte », de « Couvertpuis » nous arrivons au lieu-dit « la Grande Chalaide », où Marie-France se fait draguer par le conducteur d’une pelle sur pneu CAT (Caterpillar). Là Bernard fait un tout droit alors qu’il faut emprunter le chemin de la Grande Chalaide, peu visible à sa décharge, qui descend à plus de 15% d’après le profil, mais il devait faire 10% et c’est un pourcentage d’ami ... Nous traversons l’Ormançon et retrouvons la D166 jusqu’au carrefour avec la D966, que nous suivons sur 800m. Au PK 10,60, Mauricette nous explique que le hameau de Laneuville, que nous découvrons dans la vallée, est situé sur les communes de Tréveray et de Saint-Joire, et qu’il existait en ces lieux, sur le territoire de Tréveray, la « société des chéneaux et tuyaux en fonte », fonderies, émaillerie et fonte moulée en tous genres. Il existe encore la chapelle ouvrière.

Belle marche dans des lieux inconnus, et à samedi à l’église de Tronville. jpy

 


foto de jpy ... du groupe 2 puis des groupes 2 & 3


... autre foto

Écrire commentaire

Commentaires: 0