marche n°757 - samedi 6 février 2021 - WOINVILLE - Le tour des mirabelliers


On fonce dans le brouillard :

 

Affluence en hausse, nous faisons deux groupes de six. Jpy part vers la plaine et nous, nous partons sur le Sentier des Trois Villages. Ce chemin qui serpente et qui ondule entre forêt, vergers et vignes serait magnifique en d’autres temps. Au printemps avec les mirabelliers en fleurs et à la fin de l’été avec des mirabelles à marauder. Aujourd’hui, c’est un chemin glissant gorgé d’eau et le brouillard nous prive du panorama sur le lac de Madine.

Au PK 5, nous redescendons dans la plaine et nous retrouvons l’autre groupe, ils ont fait un kilomètre de plus que nous. Courte pause et nous repartons en cheminant dans la plaine. Changement de décor, certes le chemin est plus praticable mais aussi plus monotone, dixit Denis.

Nous étions prévenus, les deux derniers kilomètres allaient nous faire marcher sur une herbe détrempée. Floc ! Floc ! Font les chaussures.

À l’arrivée, nous sommes surpris de ne pas voir l’autre groupe qui avait un km d’avance à la pause. Ce retard s’explique, ils sont montés à la Chapelle des Bures.

Nous avons encore une fois eu de la chance. La pluie n’est apparue que lorsque nous roulions vers nos foyers. Vers 17 heures comme annoncé par la météo. jpV

 

Prochaine marche à ÉRIZE-LA-GRANDE, mercredi 10 février.

Inscription obligatoire et consultez la feuille d’inscription pour connaitre votre groupe.

 


Photographies de Martine


Clichés présidentiels




On s’est déverrouillé, les jambes comme ceci :

 

Nous partons avec un peu de retard sur le groupe présidentiel ...

Juste après l’église Saint-Pierre, nous passons devant le lavoir, site de mémoire de la Grande Guerre, que tous ont déjà visité.

Après cent mètres de marche, nous avons failli ne pas tourner à gauche dans la rue de Beuve (illustre autochtone du XIVe siècle), merci Dominique. Nous empruntons le chemin du Calquier, qui tournicote et qui y un peu floc-floc ! Puis c’est un passage entre les vergers de mirabelliers, dont le sol ressemble plus à une rizière. Au PK 0,95, les gazelles oublient de tourner à droite dans le chemin de Villé, peu marqué il est vrai, mais déjà 200 mètres de rabiot. Pour certains, une coupure à travers les prés et floc-floc-floc, les chaussures de Mauricette et de Dominique prennent l’eau ! Nous retrouvons le chemin de l’Ancien Chemin de Fer, très civilisé, puisque réfectionné en 2020. Nous passons devant « Bux-Poney » récent poney club, école d’équitation et pension pour chevaux, dont les « locataires », passent leurs têtes au fur et à mesure de notre passage, c’est normal, ils regardent passer le train du réseau de la Woëvre ... qui appartenait à la Société générale des chemins de fer économiques (S.E.), qui gère en autre, dans la Woëvre, un réseau à voie métrique long de 149km. Il comprend les lignes de Commercy - Vaux-Devant-Damloup (et pas Vaux-lès-Palameix, comme indiqué à Dominique) et Verdun - Vaux-Devant-Damloup - Montmédy. Déclarées d’utilité publiques, elles seront inaugurées en 1914 et resteront en service jusqu’en 1938.

Au PK 2,00, nous passons à la hauteur de l’église Sainte-Marguerite de Buxerulles, puis au PK 2,60 nous sommes devant l’ancienne gare de Buxières et apercevons le clocher de l’église Saint-Georges, la dernière des 3 villages. Au PK 3,70, nous quittons l’ancien tracé du chemin de fer et quittons les vergers pour nous retrouver face à l’étang des Nouets, qui déborde allégrement.

Là, j’ai indiqué qu’il manquait la présence d’un émir, un peu berger, qui aurait dans son cheptel, quelques béliers ... l’on pourrait dire qu’il était un « émir à béliers » (rires).

Au PK 5,30, nous pénétrons sur le ban de Heudicourt, quand nous sommes intrigués par une plantation, apparemment à l’abandon, dont les arbres ont été plantés très serrés et sont tous de la même hauteur. Le spécialiste de la sylviculture pense que c’est une ancienne oseraie (j’oserais confirmer).

Au PK 5,70, aux « Jardins Bertrand » le plafond se lève et apercevons la lisière du « Bois de la Grande Enceinte » et le clocher de l’église Saint-Germain-d’Auxerre, reconnaissable à son clocher à pans de charpente, agrémenté d’une lanterne.

Nous traversons la D908 et après le croisement avec le chemin de Cipré au PK 6,20, nous croisons le groupe présidentiel. Après le partage des informations sur l’état des chemins parcourus et des gourmandises offertes, nous reprenons notre parcours et attaquons (enfin) un peu de dénivelé. Le chemin de Chirme nous élève de 20 mètres. Puis le chemin des Bures, nous permet d’apercevoir au-dessus des vergers le lac de Madine.

Au PK 8,15, au-dessus des « Vignes Saint Georges » je propose, puisque nous avons un peu d’avance sur l’autre groupe, de monter à la chapelle des Bures, ce que nous faisons. Après une montée tranquille 50 mètres en 300 mètres, nous arrivons au pied de la chapelle, sous quelques gouttes de pluie, mais avec une vue imprenable sur le brouillard. Après la séance de photo et l’observation de la verrière du chœur représentant en vitrail, un Saint-Nicolas exceptionnel avec deux attributs que sont : les trois enfants et une bible avec trois bourses d’or.

Dans la descente du retour, dans la deuxième épingle à cheveux, Marie-France nous gratifie d’une belle chute, après avoir roulée sur un caillou (chou, mais pas mal aux genoux). Avant l’entrée du village de Buxières, nous prenons à droite le chemin de Au-dessus de la Ville, que nous suivons jusqu’aux premières maisons.

Au PK 9,60, au lieu-dit « Vigne des Moines », nous prenons à gauche le chemin de Chichouy qui nous mène jusqu’au village de Buxerulles. Puis nous emprunterons les Chemins de Fratis, de Pachie et de Valette jusqu’à la place des Abbés Castillard*, où se trouve la mairie annexe. Nous retrouverons Martine, dans la rue du Colombier qui longe l’église, qui dans l’inquiétude de notre retard, venait à notre rencontre.

Belle marche un peu aquatique et instable dans les parties boueuses, dommage pour la persistance du brouillard, et au final des parebrises ensablés par celui de Sahara (Ah Sahara, Sahara les aristocrates à la lanterne ...). jpy

 

* voir lien pour l’article de ER 05/08/2018


Clic sur la foto pour un accès à l'article de l'Est Républicain


Fototéléphoniques de Marie-France


Même provenance, légendée, mais en retard de Ménil aux Bois


foto de jpy

Écrire commentaire

Commentaires: 0