marche n°755 - mercredi 27 janvier 2021 - MÉNIL aux BOIS vers Courselles


Dans la neige et la boue, ils marchaient ! :

 

Cette fois une seule défection, deux groupes sont au départ. Le mien monte « les Grands Treizièmes », puis légère descente vers COURCELLES. La petite pluie qui nous accompagnait depuis le départ cesse. A la sortie du village, nous montons vers « la Panne » sans y tomber. Peu après l’orée du « Bois de Courcelles », je ne vois pas le chemin à gauche que nous devons prendre. Heureusement Dom avait sorti son Smartphone et il nous remet dans le droit chemin, qui n’est pas droit du tout.

Par endroit le chemin a disparu ou n’est pas du tout entretenu. Au PK 5,5, nous retrouvons l’autre groupe sur la lisière du « Bois de Lignières ». Nous repartons après la pause friandises et après avoir franchi la D 11, nous traversons le « Bois de Haut Lieu ». Sortis du bois nous ne trouvons plus de chemin. Nous marchons donc sur les terres cultivées jusqu’à la vallée de l’Aire. Nous arrivons dans des parties de terrain souvent boueuses et avec de belles mares (comme le disait Pierre). Après 5 km en forêt, nous remontons vers la route de DAGONVILLE, encore 2, 3 km sur le bitume. Le téléphone de JPy nous apprend que Yannie est en difficulté dans la dernière montée. J’irais la récupérer en voiture à un km de l’arrivée. Arrivée où le champagne nous attend, Claudine arrose ses septante ans. jpV

Bon anniversaire Claudine !

 

Prochaine marche douce à BUXERULLES, samedi 30 janvier.

Inscription obligatoire et consultez la feuille d’inscription pour connaitre votre groupe.

 


Clichés présidentiels



Tracé prévu tracé réel


On s’est déverrouillé, les jambes comme ceci :

 

À 14h00, les deux groupes partent en même temps, mais chacun de son côté.

Au n°12 de la Grande-Rue, nous passons devant le « magasin showroom » de la société TVI Jeepest, spécialisée en pièces détachées d’origine de Dodge des années 1944/45.

Avant la sortie de l’agglomération, nous prenons à gauche sur la VC n°3 qui mène à Dagonville et qui monte tranquillement jusqu’au PK 1,97, le long du lieu-dit « le Poirier Fourchu ».

Sur le territoire de Dagonville, au PK 2,25, « Au Conquet » (non nous ne sommes pas en Bretagne) nous empruntons, à droite, un chemin bien gras, qui nous mène au bois « la Chemiselle ». Au PK 2,80, nous rebroussons notre marche, car le chemin forestier (ancien chemin de Bar à Commercy) ressemble à une piscine olympique et faisons un détour à travers bois pour retrouver un cheminement acceptable (sur le bas-côté enneigé) jusqu’au PK 9,00, où nous tournons à droite, un peu trop tôt, trompé en cela par une coupe à blanc, qui me fait penser que nous sommes sortis du bois.

Nous faisons demi-tour, et continuons vers la lisière du « bois de Haut Lieu » (sur le territoire de Lignières).  Là, le chemin de Courcelles n’existe plus (ni sur place, ni après vérification sur le cadastre). Nous crapahutons sur 200 mètres dans un champ de cailloux semé en céréales, un peu pénible à marcher. Nous retrouvons le chemin en entrant dans le bois, et ce jusqu’à la D11 - PK 5,40 (de Naives à Sampigny), que nous empruntons sur 100 mètres. Depuis le goudron, je ne vois pas la ligne, entre les parcelles 28/29, celle-ci est invisible depuis la route, puisque la « forêt départementale de la Fondation Poincaré (ouf !) » qui longe la D11, nous la cache. Nous tournons à gauche sur la D183, et après un peu de hors-piste, nous retrouvons le bon cap. Dans cette ligne, nous apercevons un lièvre, qui détale, tout droit, puis à droite et enfin à gauche ...

Nous, nous tournons à droite dans la ligne 28/27, voyons un chevreuil détaler, puis le groupe présidentiel arriver.

C’est au PK 6,1253 que nous faisons la jonction et partageons nos douceurs, tout en respectant les distanciations « randon’auriennes ».

Nous repartons, en suivant les traces laissées dans la neige, par nos prédécesseurs et amis, car il n’était pas évident de retrouver son chemin, en l’absence de chemin (rires) et ce, entre les territoires de Lignières et de Courcelles ... Mais l’apothéose, surtout pour le groupe présidentiel, c’est d’avoir trouvé la bonne piste dans la traversée du layon de la ligne électrique (400kV n°1 : Révigny - Vigy), ce n’était pas évident, chapeau bas !

Au PK 7,75, au « Cachon de Baudremont », nous retrouvons un vrai chemin (OUF !) qui nous mène à Courcelles en Barrois, mais en plein vent.

À l’entrée du village, nous prenons à droite la VC n°3, qui relie Courcelles à Ménil. Dans la montée, à partir du PK 9,80, Yannie fait un malaise, mais continue doucement sa marche. Martine et Denis partent en avant pour prévenir le président, et arrivent en même temps que lui.

C’est au PK 10,85, où jpV, alerté par téléphone, vient chercher Yannie avec sa voiture.

Personnellement ayant pris un peu, beaucoup, de retard sur le groupe, à l’arrivée près de l’église Saint-Vannes de Ménil, une surprise m’attend, sous forme d’un verre de bulles, qui me, qui nous permet de fêter dignement l’anniversaire de Claudine (et aussi par procuration, celui de Marie-Claude, gardienne de ses petites-filles, la pauvre !).

C’était aussi l’anniversaire de la maman de Marie-France, 93 ans, mais là, nous sommes dans autre domaine de décennies ...

Une belle et bonne marche, malgré la couverture nuageuse à 100%.

Une découverte forestière, qui mériterait une autre marche, à une saison plus estivale, au dire de Yannie.

Pas de chance pour notre groupe, en faisant le parcours dans le sens horaire, nous avons toujours marché, hors bois, avec le vent dans le pif !

 

À samedi dans la plaine la Woëvre, moi je viens s’il y a encore un arrosage (blague à dix balles). jpy

 


Photographie de Martine (groupe 1)


foto de jpy

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    MF (dimanche, 07 février 2021 09:04)

    Bravo à tous les photographes ! Bon nombre de clichés m'ont bien fait rire ! Une petite préférence pour "c'est Pépé qui porte le Bébé"

  • #2

    MF (dimanche, 07 février 2021 09:05)

    Ah j'oubliais JPy, j'ai bien chanté mais avant ton arrivée !