marche n°752 -samedi 16 janvier 2021 - SAINT-MIHIEL "La Culotte"


Dans la neige, et sans raquettes :

 

Enfin, une vraie marche hivernale avec de la neige, nous laissons partir JPy vers le sud. Nous, nous longeons la voie ferrée vers le nord et nous contournons le Faubourg de Bar. Nous sommes sur la limite de territoire séparant SAINT-MIHIEL de CHAUVONCOURT. Passage peu agréable près du ferrailleur, qui est toujours ici. Puis légère montée vers « Blanc Murot » où une traitresse plaque de glace me fait chuter. Couvert par la neige, je ne vois pas le chemin que l’on doit prendre à droite. C’est à travers champ que l’on retrouve l’itinéraire prévu. Nous rejoignons l’autre groupe qui fait la pause sous « la Jérémie ». Nous les imitons avant de remonter « la Culotte ». Sur plus d’un Km, nous marchons sur la ligne de crête jusqu’au lotissement des Avril. Nous le contournons avant de descendre vers la ville par le chemin de Morvau. Nous retrouvons les autres marcheurs avant d’arriver à la gare. Ils ne sont pas sur l’itinéraire prévu. Comme d’habitude, les lièvres foncent sans savoir s’ils sont sur le bon tracé.

Belle balade vivifiante et cette fois pas de bise. (Pour respecter les gestes barrières). jpV

 

Prochaine marche douce à KŒUR-LA-PETITE mercredi 20 janvier.

Inscription obligatoire et consultez la feuille d’inscription pour connaitre votre groupe.

 


photographies présidentielles



Compte-rendu du groupe 1 ...


On s’est déverrouillé, les jambes comme ceci :

 

Nous partons par l’avenue de Procheville, il est vrai que nous nous rapprochons du centre-ville (sourires). Nous traversons la rue Jeanne Leleu (1898-1979), compositrice sammielloise, « Premier Grand Prix de Rome en 1923 », elle est la 3ème femme à obtenir cette consécration. Marc Honegger, disait d’elle : « sa musique se recommande par sa sensibilité, sa fraîcheur et sa grâce. ». Nous côtoyons le pont Patton et longeons l’ancienne voie ferrée n°088 000 de Lérouville à Pont-Mongis (à proximité de Sedan).

Nous tournons au PK 0,60 et « faisons » l’ascension du sentier de Haroncôte, qui longe le mini-golf (écrin de verdure pour la famille) bien enneigé. Nous empruntons ensuite le chemin de la Goulotte, en limite avec la commune de Chauvoncourt et du lotissement « les Avrils » (commune de Saint-Mihiel). C’est là que Bernard essaya, sans succès, de parler chien ...

Au PK 1,50, nous tournons à gauche au lieu-dit « Jacot Rutan », puis au niveau du réservoir passons à « La Croix Jacot Rutant », où nous sommes au point culminant de notre périple à 286m. Des membres de la famille Rutant, protestante, émigreront en Hollande, y firent fortune, puis partirent aux Amériques, où vivent encore de nombreux descendants.

Au PK 2,0 au niveau d’un petit bois, nous franchissons les premières lignes allemandes, les plus à l’ouest du « Saillant de Saint-Mihiel ». Dans ces taillis sont encore visibles des vestiges de tranchées consolidées avec des briques de récupération des anciennes casernes de Chauvoncourt, en parties ruinées suite aux combats de fin 1914. Si le cœur vous en dit, n’hésitez à y pénétrer, afin d’y retrouver, par exemple, une paire de lunettes solaires (Ray Ban) que j’ai perdu, céans, il y a quelques ans.

À la croisée de six chemins, au PK 2,70, nous hésitons entre celui de Malinbois et de la Haie aux Champs, en laissant ceux de Kœur-la-Grande aux Paroches et celui de Paroches. Pour nous diriger vers le lieu-dit la Culotte, nous prendrons celui de la Haie aux Champs, qui descend entre quelques beaux pins. Nous effectuons au PK 3,20 la pause douceurs (pas de la température) à l’abri du petit bois de « La Gérémie ». Nous serons rejoints assez rapidement, par le groupe présidentiel, avec lequel nous échangeons des propos conviviaux et partageons quelques friandises.

Nous repartons les premiers, et entre « La Muletière » et « La Verdure », nous prenons le chemin à gauche, puis à droite celui du Blanc Murot. Au PK 4,30, nous voyons les traces du groupe présidentiel qui n’a trouvé le chemin des Houillons, que nous emprunterons 100m plus loin. À la décharge du président ce chemin est peu visible dans la neige.

C’est sur le chemin de la Gérémie, verglacé par endroits (là où le président CHU), que nous entrons dans le village de Chauvoncourt. Nous prenons ensuite le chemin de Flamande où est située la société DEL, spécialiste des métaux. Ensuite nous descendons la rue des Casernes, pour tourner à gauche dans la rue du 150e RI, régiment qui avait ses quartiers dans les casernes en parties encore debout en ce lieu. Nous descendons la rue des Eussiards, mitoyenne avec Saint-Mihiel.

Dans les HLM, situées à droite, sur le territoire de Saint-Mihiel, la rue du général Lebel attira mon attention. Nicolas Lebel (1838-1891), sammiellois, a contribué à la création du fusil de l’armée française qui porte son nom. C’est en 1883, qu’il est intégré dans une commission chargée d’étudier un fusil à répétition, en remplacement du fusil Gras. Il est l’inventeur de la balle de 8mm en maillechort, la balle « M », pour le futur fusil « Mle 1886 ».

Nous tournons ensuite à droite. Mais au PK 6,30, en conversation avec Bernard, nous suivons le « mouvement féministe » que j’en oublie de tourner à gauche vers le terrain de camping.

Nous retrouvâmes la gare en traversant le parking de Lidl et ce en effectuant un allongement de 75 mètres. Le groupe présidentiel est arrivé, de ce fait, sur nos talons quelques instants plus tard. Belle marche sur les chemins enneigés, un peu glissants par endroits, et c’est toujours un peu plus fatiguant de marcher dans la neige, même peu profonde.

Dans tous les cas c’est mieux que des chemins boueux, jpy.

 


Quelques foto de jpy

Écrire commentaire

Commentaires: 0