marche n°750 - samedi 9 janvier 2021 - NICEY sur AIRE vers le Vent des Forêts

Compte-rendu du groupe présidentiel


On a pris cette fois un bol d’air dans l’Aire :

 

Froid sec, soleil, tous les ingrédients sont réunis pour une belle rando. Au vu de l’effectif en hausse, nous formons 3 groupes de 6. JPy n’étant pas arrivé, c’est Dominique qui part le premier vers la rivière. Nous, nous partons vers PIERREFITTE, puis longue ligne presque droite jusqu’à la forêt. Nous ne sentirons pas le renfermé car une petite bise de NE nous picote le visage. Nous pénétrons dans le bois après le PK 5 et à la première croisée des chemins nous retrouvons le groupe de Dom pour la pause gâteaux et chocolats. A la cote 321 nous croisons le groupe de JPY, moment d’hésitation pour retrouver le bon chemin. Arrivés sur la route forestière, toute une parcelle d’épicéa est au sol, le scolyte est passé par là. On quitte cette route et nous faisons une centaine de mètres en tout terrain avant de longer la lisière à « Helinchamps ». Nous marchons dans le champ car le chemin s’est volatilisé. Puis, à nouveau longue ligne presque droite, mais cette fois le vent souffle de trois quarts arrière et nous sommes illuminés par le soleil couchant. Nous retrouvons le lit de l’Aire que nous franchissons sur une passerelle après être passé près d’un des rares lavoirs à impluvium meusien. Alors que nous arrivons derrière l’église, le groupe de Dom s’impatiente. Marie-France a déjà fait sauter un bouchon pour arroser la nouvelle année. Nous les rejoignons en même temps que l’autre groupe et nous levons nos coupes. jpV

 

Prochaine marche à CHARDOGNE mercredi 13 janvier.

Inscription obligatoire et consultez la feuille d’inscription pour connaitre votre groupe.

 


Clichés photographiques royaux !



Compte-rendu du groupe de Dominique

Nota : les groupes 3 et 1 ont parcouru le tracé dans le même sens, donc les caractéristiques de celui-ci est identique au groupe présidentiel.

Le troisième groupe qui devait partir en dernier part le premier car complet. Nous partîmes donc à six, face au vent qui aurait dû décoiffer les dames si elles n'avaient pas été engoncées sous quelques épaisseurs de bonnets, chapeaux, écharpes et doudounes.

Premier arrêt au lavoir à impluvium qui fait l'étonnement des participants, y compris du photographe qui en a perdu le sens de l'horizontalité.

Une marche venteuse sur le plateau nous conduit sur un chemin qui n'existe plus depuis belle lurette. Entre temps nous étions passés à huit, par l'opération du saint esprit, à moins que ce ne fût de saint Bernard.

Intéressant en tant qu'animateur puisqu'il m'était dès lors autorisé de perdre deux GM. Dans cette optique rassurante, l'allure est forcée mais nous ne perdons personne, bien que Bernard et Corinne aient tenté de partir dans un mauvais sens, aussitôt rappelés à l'ordre par une Marie France impériale.

Seul obstacle : un chablis qui nous oblige à quelques contorsions qui rendent MF hilare et Corinne éternuante.

À 5,9 km nous rencontrons le premier groupe, celui de notre président tout puissant et nous goûtons en respectant la distanciation physique (sic).

Nous revenons à grands pas vers l'église de Nicey que nous atteignons à 16 h 30, la visitons (j'aurais bien aidé les gentilles dames à balayer mais j'avais des ouailles à protéger) et commençons à goûter le champagne de MF pour nous réchauffer. Les deux autres groupes, attirés par l'odeur, arrivent vers 17 h, ouf, il en reste encore un peu et tout le monde boit à l'unisson.

Je rappelle à tous que je ne suis en aucune façon responsable de l'allure que certains auraient pu considérer comme soutenue : la première partie de la marche a été entrainée par les copines de Fains- Savonnière et la seconde partie par l'odeur du champagne ... Dominique

 

foto de Dominique


Compte-rendu du groupe de jpy


On s’est déverrouillé, les jambes comme ceci :

 

Les trois vidusiens sont arrivés (chaussés) à 13h58, que nous voyons partir le groupe 3 par la ruelle, sous l’église de la Nativité de la Vierge. Bernard et Corinne arrive en même temps, nous les attendons, le temps qu’ils se chaussent. Et nous partons les deniers à 14h06.

Nous descendons la rue de Latte, et empruntons (pas pour longtemps) le sentier de Rosnes à Louvent, avec un petit détour par l’intérieur du lavoir à impluvium, après avoir traversé l’Aire sur une passerelle. Nous prenons à gauche sur la D139, et ensuite à droite dans le chemin de Hertus, qui après le « Cul du Coq » est en limite communal avec Pierrefitte (lui aussi sur Aire, comme dirait Corinne). Au PK 2,60, nous franchissons la D902 et continuons sur le « Hertus chemin » toujours en limite communale avec Pierrefitte, pas comme dirait Corinne, car à partir de là, elle et Bernard nous quittent, nous ne les retrouverons qu’à l’arrivée (pas très sportif) ! Après « la Haie des Rats » (c’est d’ailleurs l’année du rat dans l’horoscope chinois ...), nous tournons à droite dans le chemin de la Ragotte. Nous devions avant le bois à « Habeyra », trouver le chemin de Billardeuse (qui était en impasse), mais qui a disparu corps et bien. Nous marchons donc dans un champ semé de céréales, heureusement encore gelé. Nous retrouvons le chemin « des Bois », qui devient un peu gras du fait des travaux forestiers d’abattage de sapins Norman. Au PK 5,35, dans le bois de « la Telison », nous suivons Claudine, qui sur cette autoroute (selon Monique) marche d’un bon pas. Au PK 5,70 (point culminant de notre parcours à 324m) nous apercevons une œuvre du Vent des Forêts (cf. photo). Je regarde sur le GPS pour vérifier le prochain changement de direction. Hélas ! Mille fois hélas, nous ne sommes pas sur le bon chemin, demi-tour gauche, gauche ! Petite rallonge de 450m. Nous trouvons le chemin de débardage qui suit le fossé du bois communal, pas très marqué et avec de nombreuses branches en travers, signe que Bernard est passé par là. Nous franchissons la frontière et pénétrons dans un bois communal de Pierrefitte. C’est alors que nous rencontrons le groupe 2, mené par le roi Jean-Pierre 1er. Petit échange de politesse et nous décidons d’effectuer la pause douceurs au PK 6,20. Ensuite après le thé, nous sortons du bois « le Puisard » pour emprunter le chemin du Bourguignon. Au PK 7,80, les « filles » se font draguer par un vieux beau dans un 4x4x rutilant, mais elles n’acceptent pas de monter dans la benne du pick-up. Au lieu-dit « Moyenne » (PK 8,40) nous marchons sur le chemin éponyme, qui nous mènera à l’entrée du Bourg de Pierrefitte, que nous traversons par les rues de la Vaux, Queue de Vache et de la Gare. Nous traversons la rivière l’Aire, qui a un bon débit (pas encore de boisson, mais cela ne saurait tarder). Nous montons la dernière petite difficulté sur la D121, et au lieu-dit « le Cugnot », nous tournons dans le chemin de Longchamp à Nicey, qui au PK 11,30, prends le nom de Pierrefitte ! Nous tournons dans la rue de l’Église, presque en même temps que le groupe 1. Devant l’église quel spectacle, le groupe 3, verre à la main et un paquet chips dans l’autre ou dans la poche, fête la nouvelle année, avec « Champagne » offert par « Dame Marie-France de Bourbon », qu’elle en « soie » remerciée. Même le nouveau roi Jean-Pierre 1er, n’avait ou n’a pas encore fêté son investiture avec autant de faste, mais sait-on jamais ... Voilà encore un sacré bon bol d’Aire !

 

À mercredi sur les chemins de Chardogne, si la météo est plus clémente que les prévisions. jpy

 

Météo de mercredi : Ciel gris, pluie 4mm (prévue entre 14 et 17h), 6°, flux d’W 20km/h - rafales 50km/h.

 


foto de jpy

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Anita et Michel (dimanche, 10 janvier 2021 15:28)

    Encore un grand merci à Marie-France qui ne manque pas de faire perdurer les belles traditions...
    Le champagne était aussi frais que nous ...