visite virtuelle 03 - lundi 2 novembre - CRÉPEY

Crépey "CREPEI" est situé au nord du "Mons Anionis - M. d'Amô" , juste au dessus des lettres AG de "PAGUS SEGINTENSIS"


Carte d'état-major de 1866


CREPEI ET GERMINI - (CREPEY et GERMINY)

 

« CREPEI, Crepiacum, est la Mère Église de Germini Germaniacus.

Crepei, Village de Lorraine, Diocèse de Toul, situé à quatre lieues de Nancy, l’église est dédiée à la Nativité de Notre-Dame. Collateur, l’Abbé de Saint Evre (Toul) ; Décimateur (1), le Curé pour un tiers dans les grosses & menues Dîmes, & l’Abbé de saint Evre pour les autres tiers. Seigneur, l’Abbé de saint Evre ; Baillage & Cour Souveraine de Nancy.

Les Chapelles de saint Jean Baptiste & saint Jean l’Évangéliste, fondées dans l’Église de Crepei, sont unies, le revenu est de douze écus.

GERMINI est Annexe de Crepei : l’Église du lieu est dédiée à saint Evre, Évêque de Toul ; Décimateur, l’Abbé de saint Evre pour deux tiers des dîmes, & le Curé pour l’autre tiers. Seigneurs, les Héritiers de Mr. Le Begue, Prévôté de Toul ; Baillage de saint Mihiel.

Il y a dans l’Église deux Chapelles, l’une dédiée à saint Christophe ; Patron, le Seigneur du lieu : revenus trois paires sur le Moulin, trois jours de terre & une Fauchée de Pré.

La seconde Chapelle est dédiée à saint Jacques ; Patron, le Seigneur : revenus sept paires charges, deux messes par semaine.

Il y a Germini cinquante ou cinquante deux habitans. Office de Toul, Recette d’Étain, Baillage de saint Mihiel, Cour Souveraine de Nancy.

En 1349. Henri de Germini fut élu Évêque de Verdun.

En 1626. Gabrielle d’Ardre, Baronne, née de Fricamp, Veuve de Charles d’Haraucourt, Baron de Chambley, tant en son nom, qu’en celui de ses Enfans, fait son dénombrement.

En 1624. Dénombrement de Vaint-Pistot le Begue ; Conseiller d’État du Duc de Lorraine, de ce qu’il en a en la Seigneurie de Germini, joint les copies des titres d’Acquisitions & les Lettres Patentes du Duc Henri III. La Maison de Germini, de nom & d’armes, a produit plusieurs branches. Elles Portent d’Azure à l’Ecu d’argent mis en cœur.

Dom AUG. CALMET, Notice de la Lorraine, 1756, tome 1, p291 et suite p292

 


Fiauves de lorraines

 

Jean Vardier dans son « Grand livre des Sobriquets et Quolibets de Lorraine et du Bassigny », répertorie nombres de villages et leurs habitants, qui sont affublés de noms en rapport avec un savoir être.

 

Beaucoup parmi vous connaissent les contes de Fraimbois, mais les habitants mis en scène ne sont pas les seuls, qui peuvent être la risée de leurs voisins.

 

« Un lorrain du nord à qui l’on annonce une fiauve* de Garrebourg ou de Puzieux, ou un lorrain du sud à qui l’on promet une fiauve de Ruaux ou de Crépey n’ont pas besoin d’éclaircissements : ils savent que c’est une fiauve de Fraimbois qu’ils vont entendre. Les labels de qualité sont interchangeables. » (Jean Vardier, Grand Livre ..., 1989, p132, Éditions de l’Est)

 

Dans le chapitre XIII, Les Villages du Rire et Leurs Satellites, Jean Vardier écrit : « À considérer de près le catalogue des sobriquets de nos contrées, on est frappé par la fréquence du qualificatif « les fous » et ses dérivés. En Meurthe & Moselle, les fous de Fraimbois, de Crépey, de Minorville, de Courbessaux, de Sivry ... »

 

« À Fraimbois, les conseillers municipaux, nouvellement élus, s’allongent sous un poirier, les yeux clos et la bouche grande ouverte. L’instituteur, grimpé dans l’arbre, est censé en secouer les branches. Deviendra Maire le premier de ces messieurs qui sentira la poire lui glisser entre les dents » (idib p133)

 

« À Crépey, les douze élus forment le cercle sur la place (du village) avec chacun une poignée de luzerne dépassant de la braguette. On amène le taureau de la commune, qui n’a pas mangé depuis deux jours. La première braguette vers laquelle il se dirige par gourmandise de luzerne est celle du maire, la seconde celle de l’adjoint. »

 

« Il est plus facile à un conseiller de Crépey de devenir maire qu’à une fille de ce village de trouver un mari : Va-z-à Crépey - Avec un cheval attelé à une herse - Chaque dent de la herse - Accrochera une fille - Prête à se marier avec toi. »

 

« Une autre fiauve, ne présente pas les conseillers municipaux de Crépey comme des lumières. Ils furent bien intrigués lorsqu’un responsable des Ponts et Chaussées leur annonça que la route de Crépey à Colombey les Belles, allait être rempierrée et qu’on passerait le cylindre :

Qu’est-ce que c’est un cylindre ? demanda l’un deux au maire.

Il n’avait jamais vu de « rouleau à vapeur ». IL dit que ça ressemblait à un rouleau comme celui de sa femme prenait pour allonger la pâte, quand elle faisait la quiche, mais en plus gros.

Tous les conseillers de se récrier « Nous ne voulons pas de ce cylindre-là. Il y a déjà sept kilomètres pour aller à Colombey : c’est assez loin, il n’y a pas besoin d’allonger la route ! »

 

Et pour finir, une dernière pour la route. « En ce temps-là, le maire de Fraimbois avait reçu du préfet, l’ordre de recenser tous les aliénés du village. Le sens du mot aliéné lui échappant, il consulta, l’un après l’autre, tous les gens instruit du village et n’obtint de réponse qu’auprès du maître d’école : « les aliénés, lui dit-il, ce sont les bêtes à laine, les moutons, les brebis ». Il ne lui restait plus qu’à répondre sincèrement au préfet, que sa commune comptait deux cent quatre-vingt-deux aliénés pour cent soixante habitants ».

  

*FIAUVE ; légende, fable, histoire imaginaire

 

1 - Fraimbois : village du lunévillois (54)

2 - Garrebourg : village du pays de Sarrebourg (57)

3 - Puzieux : village du Saulnois (57)

4 - Ruaux : village rattaché à Plombières les Bains (88)

5 - Crépey : village du Saintois (54)

 


Quelques clichés aériens de Crépey (54)


La maison natale de Monique selon Gogole Earth

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Monique PETITJEAN (lundi, 23 novembre 2020 14:24)

    Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
    Ou comme cestuy-là qui conquit la toison,
    Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
    Vivre près de ses parents le reste de son âge !

    Quand reverrai-je, hélas, de mon petit village
    Fumer la cheminée, et en quelle saison
    Reverrai-je le clos de ma pauvre maison
    Qui m'est une province, et beaucoup davantage ?

    Plus me plaît le séjour qu'ont bâti mes aïeux,
    Que des palais Romains le front audacieux,
    Plus que le marbre dur me plaît la tuile fine :

    Plus mon Uvry gaulois, que le Tibre latin,
    Plus mon bois d’Ânon, que le mont Palatin,
    Et plus que l'air marin, ma Lorraine d’origine