visite virtuelle 02 - dimanche 1er novembre - TRICONVILLE


Extrait du plan du diocèse de Toul de 1725


Assemblage de deux cartes d'état-major de 1866


TRICONVILLE

 

Population : en 1803 : 286 hab. - en 1851 : 411 hab. - en 1901 : 306 hab.

- Dist. 10 kil. O. de Commercy - Bureau de poste : Ernecourt - Perception de Saint-Aubin - Bureau de Bienfaisance - Patron : Saint-Michel. 29 septembre

 

Triconville (Triconis-villa), est situé au centre d’une espèce de fer à cheval formé par les coteaux du versant occidental de la Saulx. Ce village dépendait avant la révolution de la baronnie de Dagonville. Au milieu du 18è, on voyait une maison forte appartenant à M. de Thibalier. Il est fait mention de Triconville dans une bulle du pape Léon IX de l’an 1049. En l’an 1596, il est dit, dans un dénombrement de la terre de Triconville : « une maison-forte de 120 pieds de circonférence, ayant quatre tours, un pont-levis et des fossés de 60 pieds de largeur. On remarque encore des vestiges de cet ancien château. Il y avait autrefois à Triconville une chapelle dédiée à Sainte-Anne, et près de là une fontaine du nom de la sainte, où venait les malades. Écart : Barrière, passage à niveau sur le chemin de fer, à 1 kil. 5 du village.

H. Lemoine, La Meuse - Dictionnaire des Communes, 1909, p263

 

ooo ------ ooo

 

« Triconville, Diocèse de Toul, Recette, & Baillage de Bar, Présidial de Châlons, Parlement de Paris. L’église a pour Patron St Michel ; Collateur M. l’Évêque de Toul ; décimateurs les Religieuses bénédictines de St Maur de Verdun pour les deux tiers & le Séminaire de Toul pour l’autre tiers. Par une transaction passée entre l’Abbaye de St Maur de Verdun & le Chapitre de Liverdun en 1265, les dames Bénédictines abandonnèrent le tiers de la dixme (dime = impôt) de Triconville au Chapitre de Liverdun ; par la suite ce Chapitre céda un sixième dans la dixme du Curé avec les novales (terre nouvellement défrichée). Depuis l'union du Chapitre de Liverdun au Séminaire de Toul, celui-ci jouit du tiers de cette dixme. Il y a à Triconville environ quarante six habitans ... Cousances aux Bois est annexe de Triconville ... & composé d'une vingtaine d’habitans ...

 

En 1332, au mois de décembre, Jean de Sainte-Marie Ecuyer Sire de Triconville en partie, donne son dénombrement au comte de Bar, dont il se reconnoit homme-lige (vassal) sans garde, après le Seigneur de Faulconnier, pour tout ce qu'il a à  Triconville, Cuosance (Cousances), Domremi (aux Bois) Ennecourt, &c. & de ce que Gérard de Haraucourt tient de lui en arrière-fief dudit Comte au même lieu de Triconville & Cousance. L'acte est scellé du sceau de Frère Hüé de Triconville, Abbé de Jovillier. 

 

Autre lettres de Ferri de Triconville Chevalier, Seigneur de Villers le Sec, de 1395 qui reconnoit qu'ayant vendu 40. florinées (valeur venant du florin, monnaie) de terres, que Dame Marie de Jamais sa femme avoit en la ville de Commercy, moïenant 400. florins, il lui donne en remplacements 40. florinées de rente, à prendre après son décès sur la taille (impôt) de ses hommes à Triconville, après cent livres de terre que lui & sadite femme ont vendu à Jehan Ancolet Secrétaire du Duc de Bar & à Alix sa femme, & au cas que la dite taille ne fût suffisante, il veut que le surplus se prennent sur ce qu'il a à Dagonville, Cousances, Grimaucourt & Sallemagne, &c.

À ces lettres est attaché un transport (port d'une lettre) fait par la dite Dame Marie de Jamais veuve dudit Ferri de Triconville, du 22. Novembre 1406, à Robert Duc de Bar de tous les hommes & femmes de corps, cens (recensé), rentes & héritages qu'elle pouvoit avoir aux mêmes lieux; excepté les rentes qu'elle a à Triconville & Dagonville, qu'elle a vendu à Henriet Thierron de Bar, secrétaire dudit Duc, moyennant la somme de cent soixante francs d'or. Ce transport fut confirmé par Hennet de Aspre Ecuyer & Jeanne sa femme, sœur de Ferri de Triconville.

 

En 1596, le 29. Juillet Marie Hurault veuve d'Antoine Bertrand, Ecuyer, Conseiller d'Etat du Duc de Lorraine, en son nom & comme ayant la Garde-Noble (1- droit féodal) de Marguerite & Charlotte Bertrand ses enfants, en fit hommage au Duc de Lorraine à cause de son Chatel & Chatellerie de Bar, d'une maison forte de six vingt pieds de tour, de quatre tours, un pont-levis & fossoyée de soixante pieds de largeur, appartenances & dépendances, située au village de Triconville, Prévôté de Bar, inféodée par ledit Duc dans ses lettres patentes du 11. septembre 1591, scellé du sceau de Jacques Hurault frère de la dite Dame Marie Hurault.

 

Charles III. Duc de Lorraine avoit vendu la Seigneurie de Triconville au susdit Antoine Bertrand pour une somme de neuf mille quatre cent vingt frans barrois, portée dans les lettres de vente du 8. may 1591.»

Nota : l'orthographe de cet extrait a été conservé.

 

Dom AUG. CALMET, Notice de la Lorraine, 1756, tome 1, p676 et p677

 

1 - (Droit féodal) Droit qu’avait le survivant de deux époux nobles, de jouir du bien des enfants, venant de la succession du prédécédé, jusqu’à un certain âge des enfants, à la charge de les nourrir, entretenir et élever, sans rendre aucun compte.

 


Écrire commentaire

Commentaires: 0