marche n°726 - mercredi 2 septembre 2020 - FAINS les SOURCES le Chânoi de Fains


On s’est déverrouillé les jambes comme ceci :

 

Bernard étant prêt, nous démarrons à 14 h05 par une ascension progressive sur 1,7 km en empruntant d’abord, dans le village, la route de Veel, puis le GR de pays et bifurcation pour arriver à la base ULM. Nous continuons tout droit puis à gauche sur un chemin forestier. Attention aux gouffres (formation caractéristique du relief karstique, comme l’indique Marie France). Nous rejoignons le chemin blanc de la vallée de la haie mine d’orge. A droite, direction le plateau de « Chânoi », entre haies et terres cultivées. Nous sommes à mi-parcours, et l’on aperçoit au loin le village de Mussey (Isabelle Nanty y a passé son enfance - Zabeth se souvient être passée devant la gare du village lors d’une marche avec Randon’aire - c’était en mai 2016 – l’église Saint Nicolas, bien évidemment inventoriée par l’observatoire du patrimoine religieux avec photos de Jpy). Il fait chaud et nous sommes à découvert. Pour la pause goûter, nous préférons poursuivre jusqu’au bois, que l’on aperçoit plus bas. Marie France a trouvé un tas de grosses bûches pour s’asseoir. Après avoir effectué une boucle, en longeant puis traversant ce bois lieu-dit « la Selaune », retour par un chemin en herbe et un sentier nous ramenant sur le chemin forestier de « la Grande Buat ». Nous empruntons un sentier bordé de gouffres « Fond de Minaire » pour rejoindre le chemin de la « Grande Chalaide ». Avant de le descendre et de retrouver le village, aller-retour de quelques dizaines de m pour découvrir l’entrée du camp romain (panneau d’information *) (un sentier en dévers et glissant le contourne – non emprunté, pour éviter de revenir avec des blessés) – Retour sur la place de la mairie à 16h50.              Marie-Framboise

 

Pas de marcheurs photographes ce jour – donc peu de clichés souvenirs et en plus, ils sont nazes.

 

* texte du panneau : « dominant la Vallée de l’Ornain, le site fortifié de Fains semble avoir été occupé pendant toute l’Antiquité. Il a probablement été habité pendant la Préhistoire. Quelques cohortes y résidaient pour la sûreté de la Grande Voie Romaine de Toul à Reims. Des armes, des monnaies, des médailles d’or, d’argent et de bronze y ont été trouvées. On y a également découvert des sépultures. »

 

Prochaine marche à LAY SAINT-REMY (54),

départ à 14 h.00 samedi 5 septembre, depuis le port du canal de la Marne au Rhin.

 


Clichés téléphoniques de Framboise


Causerie sur Fains, à toutes Fains utiles ...

 

D'après le site communal de Fains-Veel : "Fains est dominé par des coteaux boisés dont l’un, dans les temps les plus reculés, aurait été un lieu sacré dénommé Fanum : nom qui servait plus généralement à désigner un temple naturel avant la conquête par les romains. De Fanum viendrait le nom de Fains."

 

Mais d'après Dom Calmet (abbé de Senones), dans sa Notice de la Lorraine écrit p429-430 : "Fains, en latin Fanum, Fines ou plutôt Fangia ... dans la moyenne et basse latinité  Fangia signifie : de la bouë, de la vase, un marais ... Fains est situé dans un  lieu bas , aquatique, marécageux ... Si c'est la vraye étimologie de Fains, comme il y a beaucoup d'apparence, toutes les conjectures fondées sur  ce que Fains pris le nom de Fanun (un temple)  ou Fines (les frontières - aux portes de la Champagne) : portent à faux. Sa véritable étimologie vient du Pont, près lequel  il étoit situé, & des marais dans lequels il étoit  bâti, & qui sont aujourd'hui desséchés.  Je ne nie pas toute fois qu'il y ait eu autrefois un château ou un camp romain, situé sur la hauteur voisine de Fains, ou l'on trouve de tems en tems des médailles et autres antiquités. Il a même beaucoup d'apparence que le grand chemin qui venoit de Ligni à Naix et de Naix à Bar ... venoit passer sur  le pont de Fains."

 

H. Lemoine dans son "dictionnaires des communes de Meuse" écrit :  " Sur la montagne qui domine (Fains) il y eu un camp romain, dont il reste des vestiges bien marqués. La hauteur de la terrasse est encore de 4 mètres 50 cent. au-dessus du niveau du sol. On a trouvé des armes, des monnaies des empereurs, en argent ou en bronze, des pierres tumulaires. Ce camp, dont on ne peut remonter  l'origine plus haut qu'à la fin du IV ème siècle, défendait un débouché situé à l'extrémité de la forêt d'Argonne, et s'opposait à l'invasion du pays des Remois. Kellermann (maréchal François-Christophe) utilisa cette position en 1792, et l'arma de défenses passagères encore visibles aujourd'hui."

 

Les ducs de Bar avaient, à Fains, un château dans lequel est mort, en 1508, René II de Vaudémont, septième duc de Bar. Ce sage , voulant mettre un terme aux guerres et malheurs qu'occasionnait souvent, à la mort de chaque duc, le partage de ses états entre ses enfants, institua par testament son fils ainé Antoine, héritier de ses duchés de Lorraine et de Bar : "sans que ses frères y puissent rien demander ni quereller, dérogeant, quant à ce, tous droits et coutumes". (ibid)                                                                 jpy

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 0