marche n°703 - mercredi 24 juin 2020 - de THILLOMBOIS à BENOÎTE-VAUX


Nous nous sommes remis les jambes comme cela :

 

Voilà longtemps que nous n’avons pas fait une marche sur la journée, Longwy annulé, Benoîte-Vaux retardé et BENOÎTE-VAUX retrouvé.

Les dix inscrits pour le départ matinal arrivent en avance et à 9 h.30 nous contournons le château et nous montons vers la lisière du bois « Dommartin ». Beaux chemins en forêt, nous traversons la LGV sur une traversée pour gibier. Arrivés à la baraque de chasse, trop occupés à discuter, nous suivons le chemin à gauche. Celui prévu était à droite, cela raccourcira notre parcours de quelques centaines de mètres.

Beau chemin entre le « Bois des Caurées » et « le Cauré » avant de descendre vers la vallée du Ruisseau de Récourt. Arrêt détiquage sous la ligne à haute tension. Arrivés sur la D 201, JPy nous déconseille de traverser la ferme à « Narcevau » et nous empruntons le chemin suivant. Deuxième côte de la matinée. Encore un beau chemin entre les « Bois de Naivache » (c’est donc un veau) et le « Bois de Récourt ». Nous arrivons avec une demi-heure d’avance dans l’enceinte de Benoîte-Vaux-Accueil.

Les marcheurs de l’après-midi arrivent vers 12 h.30 et nous passons à table. Repas correct et pas cher (14 €) avec le vin et le café. Le club payera les 10 kirs de l’apéritif (il n’y en avait pas un de plus).

Après le repas, à 14 h.00, Bernard Folliot sera notre guide pour plus d’une heure. Beaucoup d’entre nous, étaient déjà venus en pèlerinage ou en confirmation. Mais personne ne connaissait vraiment les origines de ce site de pèlerinage. Nous commençons par la visite de l’église, classée aux monuments historiques. Eglise consacrée à la Vierge où tous les vitraux (ou verrières pour faire plaisir à JPy) retracent les différentes étapes de sa vie : de sa naissance à la mort du Christ.

Mais, mais, mais, il y a aussi un autel consacré à notre bon Saint-Nicolas, avec à son pied un bas-relief retraçant un de ses miracles moins connu des lorrains : le sauvetage des marins qui, pris en pleine tempête, rentreront au port sains et saufs après avoir prié Saint-Nicolas.

Nous sommes surpris par la qualité du chemin de croix avec ses douze mégalithes (lui aussi classé au MH). Chaque station est sculptée dans un bloc de pierre d’Euville. Conçu dès 1889 par le sculpteur Henri, Michel, Antoine Chapu (1833-1891), le chemin de croix de Benoîte-Vaux a été réalisé de 1890 à 1895 pour l'essentiel par un des sculpteurs de son atelier, le Meusien Désiré Fosse, de Nantillois (1862-1913).

Vers 13 h.15 nous repartons vers THILLOMBOIS. Nouvelle traversée de la LGV où nous rencontrons une toute jeune Vierge : Notre-Dame du TGV (2004). Nous traversons le « Hautombois », puis sur les deux derniers Km nous longeons la clôture du parc du château. Nous y croisons un groupe de marcheurs. Arrivés à nos voitures, point de Jean-Paul, il est venu à notre rencontre, mais de l’autre côté du parc.

Vers 17 h.00, tous rejoignent leurs pénates, ravis de cette agréable et instructive journée. Et l’après-midi, il faisait chaud (31°). 

 

 

Prochaine marche pour ceux qui ne seront pas dans la vallée de l’Yonne.

Mercredi 1er juillet à LIGNIÈRES-SUR-AIRE.

Et le RDV n’est pas devant l’église !

 


Photographies légendées de & par le président


Marche matinale ...


sur un chemin de ++++ où chaque station compte à rebours ...


... marche digestive ... à 3 de plus !


Quelques végétaux ...


et pour finir qqs divers clichés.

Écrire commentaire

Commentaires: 0