marche n°699 - samedi 6 juin 2020 - Érize la Brûlée "la Petite montagne"


Nous nous sommes remis les jambes comme cela :

Saint Randon’Aire a encore prié pour nous et le soleil est revenu. Soleil pour saluer le retour de deux nouveaux déconfinés : les Bibi’s Finnois. Un seul groupe pour cette marche, nous commençons par une petite montée, direction le « Mont » puis « Petite Montagne » (avec 57 m de dénivelé pour culminer à 346 m). Nous faisons la pause après avoir quitté le bitume de la RD 121 à l’entrée de la « Vieille Carrière ». Nous arrivons au « Bois le Seigneur », est-ce que les Bois du Seigneur sont impénétrables ? La réponse sera non, car sur la proposition du chef de la meute, nous décidons à l’unanimité de rallonger notre itinéraire. Nous traversons donc le bois de « Dessous la Haie » par un agréable chemin enherbé et en pente douce dans le talweg. Quand nous arrivons dans la vallée de l’Ezrule, il ne nous reste plus qu’un km pour rejoindre nos véhicules.

Belle petite randonnée sous le soleil avec une fraîcheur automnale.

 

Prochaine marche douce à SILMONT mercredi 10 juin.

Inscription obligatoire avant mardi soir.

 


Photo légendées présidentielles


foto des ran, do, do n'aire, les randonnaires ...


.... et qqs autres documents

Écrire commentaire

Commentaires: 3
  • #1

    jpy (dimanche, 07 juin 2020 13:23)

    essai ...

  • #2

    Flo (dimanche, 07 juin 2020 15:48)

    Essai �

  • #3

    Monique PETITJEAN (lundi, 08 juin 2020 08:45)

    Les voitures bien garées à l’aire de la Voie Sacrée, départ pour une marche douce. Douce comme une chanson douce que me chantait ma maman ?

    Non, the Randon’aire sisters entonnèrent : « Ah les randodo, les randodo, les Randon’aires, sur les bords de l’Aire ils sont partis… », ce qui suscita en réplique, from the Jean-Pierre brothers, leur incontournable chant d’ex artilleurs, dont la décence m’oblige ici à ne donner que la version édulcorée : « Artilleurs, mes chers frères, À sa santé buvons nos verres, Et répétons ce gai refrain, Vive l'amour et le bon vin ! ». Et c’est bien vrai. Au retour ils se livrèrent à un trafic de caisses suspectes, passant d’un coffre de voiture à l’autre.
    S’en suivit cette extraordinaire remarque : « Si vous aviez eu chacun votre verre et au moins un tire-bouchon, on en aurait goûté une ! ».

    Chers amis marcheurs, la prochaine fois, venez donc avec votre verre, j’aurai le tire-bouchon.
    « Thank you mr president ! »