marche n°664 - mercredi 13 novembre 2019 - SAINT-BAUSSANT Tranchées allemandes


tracé sur fond de carte IGN 2019


tracé sur fond de carte 1/20 000e - top secret - 21 octobre 2018

vous pouvez agrandir la carte ! clic gauche sur la carte


Nous nous sommes dérouillés les jambes comme cela :

 

Départ à 14h02 à 14. Plafond bas, vent faible, mais nous sommes bien couverts. Début de la marche sur le goudron, puis dans la ligne du "bois de la Sonnard".  À l'entrée du bois qqs constructions allemandes en béton, mais aussi des champignons, un énorme rond. Après un kilomètre, nous tournons à droite, parmi les tranchées et boyaux. Nous arrivons au parking du départ du circuit de découverte des tranchées allemandes. Elles sont très bien balisées et agrémentées de moult panneaux d'information. C'est la "tranchée des Oiseaux", qui s'offre à nous avec ses parapets et parados maçonnés ainsi que des entrées d'anciens abris sous terre, bétonnées avec des tôles galvanisées formant des redents. Les abris sont effondrés. Après cette mise en bouche, c'est une reconstitution d'une tranchée de 1915, avec le parapet boisé et le parados étayé avec une claie de branchage, deux plaques blindées pour guetteur et des sacs de jute remplis de béton. Puis c'est les tranchées "Port Arthur" & "des Carpathes" (sic), réalisées en maçonnerie ou en béton, et le fond de celles-ci est parfois bétonnée (cf. foto blog). Nous quittons ce lieu chargé d'histoire pour faire notre pause gourmande près d'un réservoir du dépôt d'hydrocarbure de la Société Française Donges-Metz (cf. blog). Nous quittons la forêt domaniale des "Hauts de Mad", pour retrouver un peu de goudron, puis nous traversons la voie ferrée "Lérouville - Metz", dont la partie, entre Lérouville et Thiaucourt, projetée en 1923, ne sera inaugurée qu'en 1931. De là au village de Lahayville (où est né Jean-Luc, blague de jpV), d'énormes flaques d'eau et un chemin extrêmement boueux seront au menu. Le chemin étant barré au niveau de la ferme du "Joli bois", nous sommes obligés de traverser un hangar, bien sombre, qui abrite la stabulation des bovins (blanc) de boucherie. Nous traverserons par deux fois le Rupt de Mad, avant de retrouver le clocher de l'église, éponyme, de Saint-Baussant. Il n'a pas plu, ce qui était prévu, par contre nous rencontrerons la pluie vers Commercy, ce qui était prévu ... jpy

 


Dépôt de liquides inflammables de Saint-Baussant :

 

La Société Française Donges-Metz exploite à Saint-Baussant un dépôt. L'activité du site est la réception, le stockage et la distribution de carburants. Les produits sont réceptionnés par oléoducs* et stockés sur le parc d'une capacité totale de 75.000 m3, répartis en 14 réservoirs. Les expéditions se font soit par camions pour la livraison de gazole ou d'essence, soit par oléoduc pour le carburéacteur. Le carburéacteur, comme son nom l'indique sont des produits essentiellement destinés à l'alimentation des avions à réaction, ils peuvent être également consommés dans des turbines terrestres. Le produit le plus utilisé dans le monde est le TRO (TR pour TurboRéacteur) ou encore désigné par les symboles OTAN F34 et F3. *(du latin "oléum" huile & "ducere" conduit). Nous avons déjà marché sur le tracé de l'oléoduc "DMM", sur les "terres" de Claudine à Bislée (prononcer bilé). ... jpy

 


Fonctionnement d'un oléoduc


Ligne de Lérouville à Metz :

 

De Pagny sur Moselle à Metz 

L'adjudication de l'embranchement de la ligne de Paris à Strasbourg vers Metz à la frontière de Prusse vers Sarrebruck, dont fait partie la section de Pagny-sur-Moselle à Metz, est autorisée par une loi le 19 juillet 1845. Inaugurée le 10 juillet 1850, la ligne Nancy-Metz est la plus ancienne ligne de chemin de fer à usage général de Lorraine.

Après l'annexion de l'Alsace-Lorraine à l'Empire allemand, la frontière est fixée, sur cette ligne, entre Pagny-sur-Moselle et Novéant. Ces deux localités se voient doter d'une gare frontière (Pagny pour la compagnie de l'Est et Novéant pour d'Alsace Lorraine.) et la portion Pagny - Metz passe sous le contrôle de la direction générale impériale des chemins de fer d'Alsace Lorraine (A.L.).

 

De Pagny sur Moselle à Thiaucourt 

Après la guerre de 1870, la perte de l'Alsace-Lorraine rendit impossible la desserte directe entre la Moselle et le nord du pays via la ligne de Mohon à Thionville et Metz, il fallut donc construire de nouvelles lignes à la fois pour rétablir cette desserte mais aussi pour désenclaver la ville de Nancy ainsi que plusieurs régions proches de la nouvelle frontière et dépourvues de chemin de fer.

La section de ligne entre Thiaucourt et Pagny-sur-Moselle est concédée à la Compagnie des chemins de fer de l'Est par une convention signée le 17 juin 1873. Il fut finalement décidé d'édifier la ligne entre la frontière belge et la Moselle. Elle part de Pagny-sur-Moselle et aboutit à Longuyon en passant par Conflans, Jarny & Baroncourt et de réaliser des embranchements sur le réseau existant, ou cette ligne, pour desservir les villes précitées. La nouvelle ligne, construite en 1877, évite ainsi de passer trop près de la frontière, pour des raisons stratégiques.

La ligne vers Thiaucourt fut quant à elle construite en 1882, Elle se détache de cette ligne à Onville et est alors vue comme un simple embranchement à voie unique dans une région dépourvue de chemin de fer. Les gares de cette ligne étaient de simples haltes avec un bâtiment de la taille d'une maisonnette de passage à niveau et celle de Thiaucourt était un petit bâtiment standard. 

  

De Lérouville à Thiaucourt

Après 1918, l'Alsace et la Lorraine faisaient à nouveau partie du territoire français. Les relations directes entre METZ & Paris n'avaient jamais bénéficié d'un itinéraire direct (il fallait soit emprunter la ligne historique vers Nancy puis la Ligne Paris - Strasbourg, soit passer par Verdun via une ligne plus sinueuse). Il fut donc décidé de construire une ligne directe en passant par la Woëvre et en prolongeant la petite ligne Onville - Thiaucourt.

 

La section entre Lérouville et Thiaucourt est concédée à la Compagnie des chemins de fer de l'Est par une convention signée le 20 juillet 1922.

 

La reconstruction toucha l'infrastructure (mise à double voie, adaptation du tracé près de Pagny et déplacement du site de la gare de Thiaucourt et aussi les bâtiments de gare.

 

À cause des difficultés rencontrées, la nature des sols, les travaux prirent plus de temps que prévu et la ligne ne fut pas inaugurée avant 1931.

 

Dans le cadre d'un ajustement des limites entre les réseaux de la Compagnie des chemins de fer de l'Est et de l'Administration des chemins de fer d'Alsace Lorraine, par une convention signée le 1er octobre 1930, l'État attribue à la Compagnie des chemins de fer de l'Est la concession de la section de ligne entre l'ancienne frontière et Metz. Cette convention est approuvée par une loi le 8 juillet 1933. https://fr.wikipedia.org/wiki/Ligne_de_L%C3%A9rouville_%C3%A0_Metz-Ville

Voir aussi : https://www.persee.fr/doc/geo_0003-4010_1931_num_40_227_11166

 

schéma de la ligne entre Lérouville et Onville


La forêt domaniale des Hauts de Mad :

 

Si vous avez envie de connaître cette forêt, je vous invite à lire :

 

"Palimpsestes et héritages des polémopaysages dans les massifs du Saillant de Saint-Mihiel"

- Palimpsesteest un manuscrit constitué d'un parchemin déjà utilisé dont on a fait disparaître les inscriptions pour y écrire de nouveau. On parle parfois de palimpseste pour un objet qui se construit par destruction et reconstruction successive, tout en gardant l'historique des traces anciennes. 

- Polémopaysages : est l'ondulation caractéristiques des vestiges de bombardements sur le sol d'un champ de bataille.

Vous pouvez lire ce documents en faisant un clic gauche sur cette phrase.

 


photographies anciennes de Saint-Baussant


photo de l'ami Finnois


photo et légendes de Dominique


photo présidentielles


foto de jpy ...


quelques tranchées et autres vestiges allemands ...


et quelques petites, grappillées le long du chemin.

Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    JP le Finnois (dimanche, 17 novembre 2019 00:42)

    Je ne m'attendais pas à découvrir des tranchées dans cet état, si bien entretenues.
    Belle balade, malgré la saison, mais aujourd'hui, c'était très acceptable.
    Voici quelques photos, les autres sont floues !
    Bonne soirée, à bientôt. JP le Finnois

  • #2

    Dom (dimanche, 17 novembre 2019 08:40)

    En fait moins il y a de dénivelé plus tu en parles Jpy, on a l'impression d'avoir traversé les Alpes....

    C'est-y-pas 750 m de dénivelé plutôt ?