marche n°660 - mercredi 16 octobre 2019 - TRICONVILLE les cerfs & biches


Nous nous sommes dérouillés les jambes comme cela :

 

Rdv sur le parking "public" de Triconville, certains sont en voyage "quipicole" mais d'autres sont venus marcher sur les terres présidentielles, qui présenteront outre les premiers coloris automnaux, nous réserverons de belles et bonnes surprises. Départ par la rue du Four, l'église St-Michel est en rénovation, et j'en profite pour la visiter. Oh ! Surprise il y a une statue et un vitrail du saint patron des lorrains. A la sortie droite ou gauche ? Un appel téléphonique et Marie-France me met sur le bon chemin. Je rattrape le groupe au PK1,0. Nous tournons à gauche à "Varsenal". Sur la D139, nous effectuons un pif-paf et nous nous dirigeons vers la voie ferrée, que nous franchirons en passage inférieur. Nous contournons, par l'Est, le bois "Hanéconsé. Au PK 4,5, un jeune cerf sort du bois, et nous évite par un large mouvement, qui passe à peine 100m de Bernard pour disparaitre au lieu-dit "La Chèvre". Au PK 4,99 nous effectuons la pause douceurs à la baraque de chasse. Après le passage supérieur de la voie ferrée, aux "Plates Pierres" nous tournons à droite et en passant par "Les Grands Champs" nous arrivons dans une grande noyeraie (verger de noyers). Les noix sont encore sur les arbres alors que les feuilles sont tombées. 14 marcheurs y resteront, pour "rapiner". Pendant ce temps-là B, Z & jpy suivent l'Aire à sec, et ils apercevront une petite harde composée d'un jeune cerf et de 6 à 8 biches. Le retour s'effectue avec le vent dans le pif, passage devant chez Dongé, et arrivée chez les Pointaux. Là Edwige arrosera ses x ans, sa fête, et les 50ans de "fréquentation" d'Alain. Tout le petit monde des marcheurs en fut ravi. jpy

RdV à 14h00, le samedi 26 octobre, devant l'église de LIGNIÈRES sur AIRE

(ATTENTION le rdv sur parking (public) de TRICONVILLE est à 13h45 et non pas 14h15)

 


foto solo de jpy


Scolytes et leurs ravages


ajout d'un texte complémentaire sur le comportement des scolytes ...

Les scolytes sont de petits insectes xylophages de l'ordre des coléoptères. Ils font partie d'une grande famille renfermant des insectes dits « ravageurs » : les curculionidés (Curculionidae).

 

Leur corps de 2 à 5 mm est cylindrique et court, de couleur brun foncé à rougeâtre et recouvert par les élytres qui protègent leurs ailes. Leur nom vient du grec skôlêx, « ver ».

 

Certaines espèces de scolytes (par exemple : Dendroctonus ponderosae) sont à l'état adulte attirées par certaines hormones de stress (phytohormones) émises par des arbres malades ou déshydratés2, les autres le sont par l'odeur du bois mort.

Ils pondent sous l'écorce des arbres et les larves se nourrissent de la sève des arbres, ce qui peut mener à la mort de l'arbre.

 

Comme beaucoup d'insectes xylophages ou saproxylophages (comme les fourmis et les termites), le scolyte ne peut directement digérer le bois en raison de la présence de lignine et de cellulose. Il emporte donc avec lui, de l'arbre où il est né, une provision de spores et/ou de mycélium d'un champignon symbiotique capable de digérer ces polymères. Le transport se fait grâce aux mycangia (sing. mycangium), invaginations de la cuticule souvent garnie de glandes qui semblent nourrir et/ou préserver les spores ou fragments de mycélium. Des spores de champignons peuvent être aussi captées, transportées et inoculées grâce aux poils microscopiques qui garnissent la carapace et les pattes du scolyte3. Ce champignon-symbiote attaquera la lignine et la cellulose, qui seront ainsi comestibles pour la larve du scolyte.

 

Chez certaines espèces de Scolytinae et chez les Platypodinae, ce ne sont pas les fibres végétales prédigérées qui sont ingérées par la larve, mais plutôt le champignon lui-même. Certaines espèces de scolytes (e.g. Dendroctonus frontalis) n'ont pas de mycangium, mais elles transportent sur leur corps des acariens qui eux possèdent une sorte de mycangium (qu'on appelle sporothèque chez les acariens pour des raisons historiques de vocabulaire taxonomique).

 

De nombreuses espèces de scolytes sont, comme les hyménoptères, haplodiploïdes : les femelles sont diploïdes (provenant d'œufs fécondés) et les mâles haploïdes (provenant d'œufs non fécondés et ils sont donc parthénogénétiques).

 


Écrire commentaire

Commentaires: 2
  • #1

    Dom (samedi, 19 octobre 2019 20:42)

    Petite précision : le scolyte ne s'attaque pas au bois mort, il s'attaque aux arbres malades ou affaiblis notamment par des conditions inhabituelles. Dès que l'arbre est mort il colonise les arbres sains voisins, les tue et ainsi de suite .... donc les attaques se font souvent par cercles concentriques.

  • #2

    jpy (lundi, 21 octobre 2019 15:14)

    Cher ami Dominique, n'étant pas spécialiste des arbres, de leurs prédateurs ou de leurs maladies, je n'avais point la compétence pour vérifier les écrits, provenant d'un grainetier français.
    J'ajoute donc un complément, peut être plus juste sur les scolytes, et leurs champignons.