marche n°658 - mercredi 2 octobre 2019 - WOINVILLE Abbaye St Christophe

10,31km prévu 10,58km réel


Nous nous sommes dérouillés les gambettes comme cela:

 

Nous partons avec un bon quart d’heure de retard, la faute à une route barrée entrainant une déviation. Pour commencer nous montons en pente régulière dans un talweg qui nous mène au-dessus de "la Chavée". 8 Km de cette marche se passeront en forêt. Nous allons jusqu’à l’ancienne abbaye de St-Christophe avant de changer de cap pour aller vers le "Bois Hauts de Buxerulles". Bois dans lequel, JPy, après avoir modifié l’itinéraire prévu, nous fera découvrir plusieurs vestiges de la Grande Guerre. Nous sommes côté allemand. Nous verrons entre autres l’autel de Neu-Württemberg récemment restauré et l’obélisque. (Plus d’explications de JPy dans le blog). Après une descente rapide, nous arrivons dans BUXERULLES. Il nous reste 1,5 Km à travers les vergers pour rejoindre nos voitures. Il reste encore quelques mirabelles tout juste mûres, les plus gourmands en profiteront. Belle balade pratiquement inédite pour la majorité d’entre nous             JPierre


La restauration de l'autel allemand de Buxerulles

AU CŒUR DE LA FORÊT, AU LIEU-DIT BOIS HAUT DE BUXERULLES

 

On découvre un autel massif en pierre réalisé, probablement en 1915, par un soldat allemand du 120e régiment du Landwehr. Nous sommes à proximité du camp militaire allemand dit le "Nouveau Wurtemberg". Il matérialise la foi de ces soldats allemands dans cette zone de conflits acharnés que fut le Saillant de Saint-Mihiel. 

Au cours de l’occupation allemande du secteur du Saillant de Saint-Mihiel, lors de la Grande Guerre, un espace de culte est aménagé par l’armée allemande à proximité de l’ancien camp baptisé "Nouveau Wurtemberg" (Neu-Wüttemberg en allemand) et implanté au sud de Savonnières-en-Woëvre.

Cet aménagement comprend un terre-plein et un autel en pierre reposant sur une estrade et accessible de trois côtés par deux gradins. Il est probable que l’ensemble fut construit avec des pierres de carrières de la région.

 

L’autel allemand de Buxerulles

Cet autel monumental servait aux cultes catholique et protestant. Sa partie centrale évoque un tabernacle et est surmontée d’une croix. Les parties latérales et hautes comportent des motifs floraux ainsi que des lignes géométriques brisées. Les arrêtes sont également décorées. Au centre de la partie basse du monument se trouvent les lettres alpha et oméga, symbolisant le commencement et la fin du monde. Dans la Croix de fer, sont gravés en haut : une couronne impériale, au centre : la lettre W (Wurtemberg) et en bas la date de 1914. Aucun document officiel ne permet d’affirmer le nom de l’homme ayant réalisé cet autel. Cependant, le nom "Gottlob EPPLER" et un numéro d’unité "6/120" sont gravés sur la partie droite de l’autel. Nous pouvons donc supposer qu’il s’agit du nom de l’auteur de l’ouvrage. Celui-ci est un Wurtembergeois affecté à la 6ème compagnie du 120ème régiment de Landwehr. Le travail a vraisemblablement été réalisé au printemps 1915.

 

La restauration de l’autel

Ce monument à vocation religieuse a été restauré à l’initiative de l’Association Nationale du Saillant de Saint-Mihiel (ANSM). Le soutien du Département de la Meuse (Mission Histoire), de la commune de Buxières-sous-les-côtes ainsi que des personnes ayant répondu à la souscription, lancée par ANSM afin de récolter des fonds pour la restauration du monument, ont permis de financer le projet.

Le 7 juin 2015, une cérémonie œcuménique a eu lieu afin de marquer la fin des travaux de restauration de l’autel. Celle-ci fut dirigée par Monseigneur Gushing (évêque de Verdun) et le pasteur Jean-Jacques Muller (Eglise Protestante Unie de Meuse) afin de marquer l’aspect multiconfessionnel de ce monument au cours du Premier Conflit mondial. 


Obélisque du 7. Bayerische Infanterie Regiment

La mission d’État confiée au Lieutenant-Colonel Norbert Kugel, président national fondateur de l’association le Saillant de Saint-Mihiel, de restaurer la notoriété du champ de bataille après 80 ans d’oubli, a déclenché un gigantesque travail.

Cette bataille est aujourd’hui gagnée grâce aussi au grand dévouement des bénévoles de l’ANSM mais également à sa secrétaire générale, Georgette Kugel, qui travaille au quotidien pour promouvoir les différents projets et collabore à l’importante campagne de communication.

Le président de l’ANSM et la secrétaire générale, ainsi que le sculpteur Denis Mellinger, viennent de faire la réception de fin de chantier de l’Obélisque du 7. Bayerische Infanterie Regiment (Prinz Leopold) situé dans l’ancien "Waldlager" de ce régiment dans le Bois Hauts de Buxerulles. La maîtrise d’ouvrage est assurée par l’ANSM alors que les travaux ont été réalisés avec l’accord de Buxières-sous-les-Côtes, du maire Daniel Tugend et du conseil municipal.

Le travail de restauration a été réalisé par Denis Mellinger, cet artiste sculpteur statuaire, dont la notoriété a depuis longtemps dépassé les confins des champs de bataille, a procédé à un rajeunissement spectaculaire de ce monument bavarois. Le soutien de cette opération pour la mémoire partagée franco-allemande et bavaroise dans le cadre de l’Europe et l’amitié entre les peuples est toujours assuré par le ministère de la Défense, la mission Histoire du conseil général, des membres souscripteurs de l’ANSM, du Freistaat Bayern, du Bayerischer Soldatenbund du Generalmajor Reichardt, de la Fondation Graf von Montgelas.

Une collaboration qui restitue aujourd’hui la beauté d’une œuvre presque centenaire.

 

Crée en 1997, l’Association Nationale le Saillant de Saint-Mihiel (ANSM) s’est donné pour objectifs de :

- rétablir la notoriété du Champ de Bataille du Saillant de Saint-Mihiel, après 80 ans d’oubli

- rendre hommage aux combattants du Saillant de Saint-Mihiel, quelque soit son origine (français, allemands, américains…)

- s’occuper de l’entretien des monuments et des plates-formes de la zone

- maintenir le lien Nation-Armée

- participer au tourisme de l’histoire

- transmettre le flambeau aux jeunes.

 


petite participation de Martine, suite blème de batterie


photo présidentielles.


participation (sans artifice) de Dominique


participation minimum de jpy, la batterie a rendu l'âme ...

Écrire commentaire

Commentaires: 4
  • #1

    dom (jeudi, 03 octobre 2019 12:54)

    Sans artifice certes, car l'artificier c'est bien Jpy.... cqfd

  • #2

    JPV (vendredi, 04 octobre 2019 09:53)

    Dur, dur de compter jusqu'à 17 sans bégayer une fois. Où est le 18ème sur la photo de groupe ?
    Encore de très bon commentaires de notre historien licencié (Randon'Aire).

  • #3

    dom (vendredi, 04 octobre 2019 12:55)

    Il manque Bernard et Florence.

    Florence n'était pas encore arrivée .... et Bernard déjà parti pour ne pas que je le rattrape dans la côte.... (je plaisante .... il était aussi en retard!)

  • #4

    Marie-France (samedi, 12 octobre 2019 10:10)

    Le visionnage des photo est de plus en plus sympa grâce aux légendes mises ! Merci aux différents photographes. Je me suis bien amusée...