marche n°623 - mercredi 20 mars 2019 - ROSIÈRES aux SALINES entre Rhône & Meurthe


Nous nous sommes déverrouillés les jambes, ainsi :

 

Arrivée dans le désordre derrière l'église Saint-Pierre. Informations sur la genèse du jpy en ces lieux ... Heureusement que le président avait pris le tracé du jour sur papier ! Départ vers la première ascension en direction du "Chalet". 1ère station : le calvaire. La côte fut avalée les doigts dans le nez 71m/1km. PK2,0/Alt. 268m, arrêt pour l'enlèvement d'une couche. PK 2,8 arrêt pour voir le plateau de Ludres, le CHU, la Tour panoramique à l'horizon, et au fond de la vallée, coule le Petit Rhône. A la "Noire corvée" nous montons vers la ferme de Choudailles (le X a remplacé le CH, comme Laxou ou Maxéville). Très belle demeure, clos de murs ... Après un passage dans les ronces, deux clôtures, et oui le sentier n'existe plus, c'est la pose douceurs au pied d'une éolienne, pour abreuver le bétail. Nous continuons, hors sentier, pour, après une ultime montée, nous retrouver sur le chemin de Saint-Nicolas et au point culminant du jour (305m). Nous entamons la descente vers le cimetière communal. Après avoir longé la D1, nous traversons un bras de Meurthe sur une belle passerelle, et remontons le cours d'eau, aux rives arborées, puis entre des murs maçonnés, nous passons sous la rue du colonel Thiébaut, longeons le Haras (qui rit) national, avec un couple de cigognes perchées dans leur nid. Nous retraversons le bras de Meurthe, et empruntons l'ancien "chemin de Halage" pour nous diriger vers le Beffroi, par des ruelles. Arrêt après l'emblématique "Ban-Ban", qui veux qu'il ne faille pas passer sous la voute lorsque sonne les 12 coups de 12 ou 24h, sous peine d'attraper la "grosse gorge" (un goitre). Les maisons des rues menant vers l'église, sont ornées de sculpture de 1736, d'une vierge de 1623, de portes aux linteaux avec oculus, de fenêtres aux linteaux à tympan trilobés, gothique flamboyant ou à arcs en accolades trilobés, de blasons, de niches ... une belle découverte de ce bourg, autrefois riche par la présence de "l'or blanc", exploité par des familles lorraines, puis par les ducs, jusqu'au 18è. Sous Louis XV elle fut remplacée par le haras national. Ce jour, le printemps était presque au rdv.        Jpy 

 

RdV samedi 30 mars à 14h00, à Stainville, rue Chalaide (face à la mairie, D997 route de Lavincourt)    


Pour lire l'histoire de Rosières et de son Haras : "Archives" -> 2019  -> Rosières



photo présidentielles de la marche à Rosières aux Salines


foto de jpy de la marche matinale "Sur les pas de jp, avant d'être jpy"


photo de Martine


2 Vidéos = un clic sur la foto pour y accéder ...

la clôture


les mâchoires




Nous quittons Rosières aux Salines par la D1 en direction de Saint Nicolas de Port. Lorsque nous longeons un pré, dans lequel "broutent" trois cigognes blanches, nous recevons une communication téléphonique de la voiture des trois cigognes, mais non ! des trois non marcheurs (il est temps d'aller se restaurer). Il est convenu que le rdv serait devant la basilique, puisque ladite voiture y est garée. Le convoi va se garer, rue de l'Étuve (où Jeannine a passé son enfance) et il y a de la place pour les quatre voitures. Malgré les panneaux d'interdiction de stationner, des deux côtés, mais c'est ainsi depuis moins 30ans. D'ailleurs les deux garçons, qui boivent de la bière, à la fenêtre du 1er étage, tout en fumant un pétard, confirment mes dires. Nous retrouvons Jeannine devant la basilique, mais point de voiture de Jean-Paul avec ses deux passagères. En réalité, ils ne sont pas garés "devant" mais "derrière" la basilique". Bref ! Les 15 marcheurs + les 4 non marcheurs se retrouvent à la Licorne, pour déguster, après l'apéro, une potée portoise, qui est cuisinée comme la potée lorraine, sauf que les haricots "Soissons" (blancs) sont remplacés par des haricots rouges (pas ceux qui jouaient du jazz de la Nouvelle-Orléans, dans les années 60), le tout agrémenté de crème. Ensuite assortiment de 2 fromages, un dessert pommes/glace, un café, et pour certains, une blague dans le coin. Dans le coin ? Mais non jpy, pas dans le coin mais avec du coing, en alcool, de bien entendu (fruit du Cydonia oblonga).


photographies de Martine


Photographies présidentielles


foto de jpy




Nous quittons à 14h00 la Licorne, pour rejoindre la basilique, par la rue des 3 Pucelles. Nous nous annonçons à la boutique de l'association Connaissance et Renaissance de la Basilique, pour la visite guidée de celle-ci.  Madame Denise Bertrand nous accueille, avec une grande gentillesse. Elle nous invite à rejoindre la basilique pour attendre le guide qui ne vas tarder.

Elle téléphone à ce dernier, pour connaître l'heure de son arrivée ! Après plusieurs minutes, j'apprends qu'il est parti, puis qu'il est sur un chantier, pour enfin avouer qu'il s'est trompé de semaine. Le sens des visites est inversé par Denise, qui nous invite à rejoindre le musée de la brasserie.

Le groupe ressort de la basilique, et emprunte les rues de l'Étuve, Bonnardel, du Jeu de Paume où nous allons voir l'enclos à cigognes. Nous partons assez rapidement vers le musée qui est à 321mètres de là.

Nous sommes accueillis sur le perron par notre guide, une charmante femme "antillaise" venant de Paris ...


En passant par la basilique et en allant vers le musée  ... photographies présidentielles


... foto de jpy



Pour lire le texte de la visite du musée, allez dans l'onglet : "Archives" -> 2019  ->  Musée brasserie


Photographies de Martine


Dans le bâtiment administratif et la brasserie : photographies présidentielles


dans le bâtiment administratif : foto de jpy



dans la brasserie : foto de jpy


... en retournant vers la basilique ...


Exposition des œuvres de  Victor Poirine


photo jpV


La basilique de Saint Nicolas de Port

 

Devant la menace de l'islam, des marins (ou des pirates) vénitiens, "translatent" le cercueil contenant les restes de saint Nicolas, évêque de Myre, en Lycie (actuelle Turquie), et le 9 mai 1087, ils débarquent à Bari (Italie).

 

Vers 1090. Un Lorrain, Charles Aubert dit de Varangéville, rapporte de Bari une relique, un os de la phalange de la main droite ("dextre Bénissante") de saint Nicolas,

Il montre cette relique, qu'à des "visiteurs". Mais devant l'afflux de "pèlerins", il demande à l'abbé de Gorze, du prieuré de Varangéville, la prise en charge de cette relique. Elle est exposée dans une chapelle consacré à Notre-Dame, de l'autre côté de la Meurthe, dans le village de Port, situé sur un lieu de passage de la Meurthe pour les nombreux marchands entre les foires d'Allemagne et de Champagne. Mais devant la venue de nombreux "pèlerins", en 1101 la construction d'une première église est entrepris.

 

La veille de la bataille (dite de Nancy), le 4 janvier 1477, le duc de Lorraine René II, vint assister à la messe en cette église, Après la victoire, il officialise que désormais, saint Nicolas serait le saint patron de la Lorraine. L'accueil des pèlerins est toujours plus en plus nombreux, il suscite alors la création d'une "grande église".

C'est ainsi qu'en 1481 la première pierre est posée, et c'est réellement en 1495, que commence la construction de celle-ci. La façade est inaugurée en 1544, et les tours sont terminées vers 1560. Dès lors, ducs et personnages célèbres de Lorraine, princes et rois de France, empereurs et même la pucelle (future sainte Jeanne d'Arc, la Champenoise de naissance) se succèdent pour demander la protection de saint Nicolas.

 

En raison de la rapidité de sa construction, elle présente une unité architecturale. Bâtie en gothique flamboyant, influencé par la Champagne, elle développe un vaisseau associant une nef centrale et deux collatéraux bordés de chapelles. Elle possède surtout une déviation de la nef, due à de mauvaises évaluations de la composition du sol.

Le voûtement qui couvre les différentes parties de l'édifice, est constitué de croisées d'ogives à liernes et tiercerons et les nervures pénètrent dans les colonnes sans l'intermédiaire d'un chapiteau. Les colonnes supportant le voûtement et l'arcature en tiers-point, séparent la nef des bas-côtés. Elles sont décorées de bagues placées juste en-dessous de la pénétration des nervures. Un regard avisé remarquera de petites arcatures trilobées, des frises de feuillages ou de personnages faisant la ronde ...

Son plan de type basilical (en forme de croix latine), ainsi que sa façade occidentale, lui confèrent une harmonie et en font un des édifices gothiques flamboyants le plus majestueux de Lorraine et sans doute le plus homogène d'Europe.

 

L'église subit d'importantes dégradations, pendant la guerre de 30ans (1618/1648). La charpente est rétablie en 1673 pour la visite de Louis XIV. Juste retour de l'histoire, puisque c'est sur l'ordre de Louis XIII, qu'elle fut incendiée par les Suédois. Elle est restaurée peu à peu, et les bulbes qui couvrent les tours sont terminés en 1725.

 

La révolution française et les bombardements du 18 juin 1940 achèvent de détériorer l'édifice. En 1950, le pape Pie XII la consacre en basilique. Camille Croué Friedman, portoise d'origine, émigrée aux Etats-Unis, à son décès en mars 1980, lègue à l'évêché de Nancy une somme fabuleuse, qui permet de lancer un fantastique chantier de restauration de la basilique.

 

Le trésor est composé de plusieurs pièces inestimables, dont le Bras reliquaire de saint Nicolas en vermeil, or et argent.    jpy


Claude Beuvelot, un guide de l'architecture, c'est dur et çà dure ...


foto de jpy


Pour aller plus loin, et principalement voir les très nombreuses photographies :

 

- l'intérieur :

http://patrimoine-de-lorraine.blogspot.com/2016/05/saint-nicolas-de-port-54-basilique.html

 

- l'extérieur :

http://patrimoine-de-lorraine.blogspot.com/2015/10/saint-nicolas-de-port-54-basilique.html

 

- la façade occidentale :

http://patrimoine-de-lorraine.blogspot.com/2015/12/saint-nicolas-de-port-54-basilique.html

 

- les gargouilles :

http://patrimoine-de-lorraine.blogspot.com/2015/10/saint-nicolas-de-port-54-basilique_26.html

 

- les culots sculptés :

http://patrimoine-de-lorraine.blogspot.com/2015/10/saint-nicolas-de-port-54-basilique_28.html

 

- la statue de saint-Nicolas (16è) :

http://patrimoine-de-lorraine.blogspot.com/2016/03/saint-nicolas-de-port-54-statue-de.html

 

- la piéta :

http://patrimoine-de-lorraine.blogspot.com/2013/09/saint-nicolas-de-port-54-la-pieta-de-la.html

 

- la nuit :

http://patrimoine-de-lorraine.blogspot.com/2014/12/saint-nicolas-de-port-54-la-basilique.html

 

 

Écrire commentaire

Commentaires: 4
  • #1

    Dom (dimanche, 24 mars 2019 08:52)

    Une déviation de la nef se soigne aujourd'hui comme une déviation de cloison nasale!
    C'est à cause de l'anesthésie que toutes les photos à l'intérieur de la basilique sont floues ?

  • #2

    jpy (dimanche, 24 mars 2019 12:05)

    bonjour cher ami président du club photo AMAFOT,
    la photo du badge du guide est floue, car je pense que Jean-Pierre, le président, devait être stressé par le comportement de monsieur Claude Beuvelot ?
    Ce "trompater" de semaine, il faut le faire !!!
    Pour celle de ton serviteur, la pile de son appareil photo Sony était à plat, donc les clichés ont été pris avec le téléphone Sony ... Comme quoi un Sony peut en cacher un autre ...
    Amicalement jpy

  • #3

    Monique PETITJEAN (dimanche, 24 mars 2019 13:22)

    L’air est soudain plus pur, la lumière radieuse, la nature interpelle, nous arrivons en Meurthe et Moselle !
    Il est un sentier creux dans la vallée étroite, qui ne sait trop s'il marche à gauche ou bien à droite. L'aubépine fleurit, les frêles pâquerettes, pour fêter le printemps, ont mis leurs collerettes. C'est plaisir d'y passer. Les cigognes ne migrent plus ; du haut de leur perchoir, elles claquettent en guise de salut. La Licorne nous attend, réveillant nos papilles de gourmands. Quittons ce lieu délicieux pour gagner d’autres cieux. Brasserie, basilique, visites commentées par des guides au discours prolifique. Promis, on y reviendra car de saint Nicolas on n’en fit aucun cas !

  • #4

    Anita et Michel (dimanche, 24 mars 2019 15:28)

    Super journée !!!
    La balade était magnifique, tant au niveau du paysage que de la météo !
    Le traiteur nous a régalés et les visites très intéressantes de par les lieus et les guides.
    Bravo à l'organisateur !!!