marche n°620 & 621 - 9 et 10 mars 2019 - LA BOLLE ex Ski-Club


marche n°620 du 9 mars 2019

 

Le WE vosgien c'est passé comme cela ! :

 

Samedi 9 mars 2018 : Il devait pleuvoir, mais l’arrivée au Centre de Vacances de La Bolle s’est faite sur une route sèche. Nous nous installons dans nos chambres et à midi nous sommes tous à l’apéro. Bon repas, le buffet est bien garni. A la fin du repas le ciel devient menaçant et nous ne serons que 8 pour partir à l’assaut de la Tête de la Biche. Il commence à bruiner et ce sera une alternance d’averses et d’éclaircies. Nous ne suivrons pas fidèlement l’itinéraire prévu, on commence par le rallonger, on le raccourcit au niveau de la "Manufacture" puis on le rallonge de nouveau avant l’arrivée. Finalement nous aurons parcouru 8,8 Km et monté sur 404 mètres. Pendant ce temps le reste de la troupe ira visiter la fabrique de bonbons des Hautes-Vosges et la ferme musée de la Soyotte ou le musée de la cristallerie à Baccarat. Puis la journée se termine dans une excellente ambiance : apéro, repas et quelques pas de danse avant de se coucher.               jpV

  


marche n°621 du 10 mars 2019

Dimanche 10 mars 2019 : Il pleut, il pleut ! Le petit déjeuner s’éternise et les marcheurs hésitent : Ira-t’on, n’ira-t’on pas ? Finalement nous serons 3 à partir : Claudine, Popof et moi. Avec la pluie difficile de suivre sur la carte, nous partons sur un mauvais chemin. Nous retrouvons le bon rapidement mais nous ne voyons pas celui qui devait nous mener à la Roche du Pic Vert. Je suis le balisage qui doit nous conduire vers la "Solitude". Mais ne voyant pas le sentier qui doit nous faire redescendre, je décide faire demi-tour. Dommage car après le contrôle de la trace du Smartphone et d’Openrunner, nous étions revenus sur le bon itinéraire et le sentier que j’attendais, était à une centaine de mètres plus loin. Nous retrouvons donc la route forestière de la veille, mais en suivant le balisage "La Bolle", nous arrivons dans le village et il nous faut remonter pour arriver au Centre de Vacances. Finalement nous aurons marché un peu plus que la veille : 9 Km et 331 mètres de montée.

Le gros de la troupe vaquera à diverses occupations : essais de visite du musée de la cristallerie (exceptionnellement fermé ce dimanche), messe dominicale, etc.

Apéro, repas et là, nous avons une surprise la chorale qui partage ce week-end avec nous nous offre une aubade tardive (ou une sérénade précoce) et nous interprète la chanson du film "Joyeux Noël".

Après le repas les premiers repartent vers la Meuse, les autres vont se promener. Il y en a 6 qui visitent SAINT-DIE. De retour, l’apéro est offert par Yves et Maguy. Ils arrosent leur anniversaire.  On termine la soirée à 5 pour une partie de tarot.    


lundi matin, l'empereur, la reine et le petit prince ...

Lundi 11 mars 2019 : Changement de temps : la pluie se transforme en neige. Personne n’ira faire du ski. Nous nous quittons, et la moitié des rescapés décide de se retrouver à NANCY pour manger au restaurant. Encore une fois, la dixième, les anciens du Ski-Club se sont retrouvés pour un week-end convivial. Mais cette fois la météo, clémente habituellement, n’était pas au rendez-vous.

 


les photo présidentielles, mais elles sont sans légende ...

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Monique PETITJEAN (vendredi, 15 mars 2019 14:11)

    L’était une fois un groupe pikinote de zamis qui partit caminer dans la forest pour gravir la montagne. Le chef mena sa troupe taf taf rapido jusqu’à la roche de la biche. Ké belle vue !
    Puis ils continuèrent à caminer longi lontano troppe ! Presque perdites ! Oussa la casa ? Ne panitrouillons pas, sortons carte, téléphone, GPS ! Le sole restait couchotté et la pluie les refrioussait. Pour rentrer back home sweet home, ils traboulèrent la forest à toute berzingue. Ils retrouvèrent illico presto la giganbig casa où les autres zamis les attendrissaient avec impassiquiétude. Ils gougloutèrent l’apéro puis continuèrent pom pom pom pom jusqu’au restaurant où les plats chauds bouillants fulminaient. Ils dégoustèrent un repas miam good. Comme ils étaient externués, ils montèrent se couchotter dans leur chambre à lits moelleuxdoux et s’endorminèrent.
    Mais dès le lendemain matin, ils mourraient d’envie de retourner caminer dans la forest, malgré la pluie friougel. Là, commence une autre histoire.